Ce qui se passe en régions Loisirs et vacances

Ils Ont Osé !!!!

01 Mar 2014

Eux aussi réalisent des exploits ! 

Ils sont toujours partants pour de belles expériences !

Le tout est question de volonté et surtout de ne pas s’enfermer à cause de leur handicap, il faut simplement adapter l’environnement.

Et ça permet aussi à toute la famille de continuer à faire,

les activités aimées !

Rien n’est impossible avec nos anges !

Baptême de l’air, balade en side-car, parapente…

Qui aurait osé imaginer que ce soit possible avec nos enfants.

Grands exploits pour grands enfants

 

 

Balade en side-car pour Zoé 

 

« Du vent et des vibrations, bien installée dans le side-car d’une moto de marque Ural, pour une ballade de trois heures sous le soleil béarnais!

Les années passées, je montais sur le siège arrière de la moto pour contrôler les gestes de Zoé.

zoé side-car2Zoé sidecar1

Cette année, elle est partie toute seule sans problème.

Les sidecaristes qui nous accompagnent ont l’habitude de nos enfants depuis plus de 20 ans et maitrisent la situation.

Certains d’entre- eux sont aussi handicapés ou connaissent le handicap dans leur entourage proche. »

(Patrick Waldhart – Papa de Zoé)

 

 

Parapente pour Zoé

 

« C’est sans aucune appréhension que Zoé bien installée dans est un charriot de para-moteur sans moteur décolle !!

Par contre Zoé est très mécontente dès que c’est fini, comme toujours…

Ce sont nous, les parents, qui fixons les limites de nos enfants. Eux n’en ont pas »… (P.W)

Zoé parapente 1aZoé parapente 4

 

 

 

 

 

 

 

Baptème de l’air pour Emilien

 

« Noël 2012 Émilien a une enveloppe du Père Noël : En ouvrant il y découvre des photos d’avion et de cockpit et une invitation pour un baptême de l’air.

On a donc pris RDV a l’aérodrome de Sarre-union. Nous en avons parlé avec Émilien a plusieurs reprise avec appui des photos.

Il a bien intégré, car ce matin avant le départ la langue de papa a fourché il a dit qu’on allait à l’aérogare alors Émilien s’est tout de suite précipiter vers la voiture, nous avons rectifié le vocabulaire mais il a répété sans cesse « la gare ».

Arrivés à l’aérodrome on a fait le tour du site puis le mécanicien pilote nous a reçu ( lors de la prise de RDV nous avons expliqué le handicap d’Emilien) : il a présenté l’avion.

Émilien ne s’est pas fait prié pour y monter il s’est installé sans difficulté Papa s’installe à ses côtés et Maman à côté du pilote.

Ceinture et casque mis on est prêt pour le décollage. Émilien croise ses mains comme il fait quand il est content, et au décollage pas une grimace.

Nous avons survolé notre maison. Émilien a bien reconnu les lieux il s’est régalé en regardant les paysages.

Émilien est resté calme, bouche grande ouverte durant l’heure de vol.

Nous avons fait une photo avec le pilote puis Émilien lui a serré la main.

Ce matin il a penché la tête à droite puis à gauche pour signifier l’avion et a pris les photos avec un grand sourire.

emilien avionemilien avion 1

Émilien a déjà pris l’avion pour partir en vacances mais les sensations sont différentes

Il y a un aérodrome près de chez nous. Il suffit de réserver un vol pour le nombre personne afin d’avoir l’avion disponible de 1 à 4 personnes.

Le pilote à été très sympa et à l’écoute.

C ce matin Émilien avait encore la tête dans les étoiles et semble très ravi.

(Carole – Maman d’Emilien)

 

 

D’autres « exploits »…

 

Nicolas en hélicoptère (photos)

 

« Lors de nos dernières vacances à la Réunion, Nicolas a fait le survol de l’Ile en hélicoptère.

Dès son arrivée à l’héliport, oubliées ses difficultés physiques, et c’est plein d’entrain qu’il a grimpé à bord.

Et le voilà parti pour une heure de vol avec des descentes rapides dans les cirques, le survol du volcan et du bord de mer.

Il a adoré, et à l’arrivée criait «encore ».

 

2003 001

 

 

Un moment privilégié partagé en famille, avec les trois autres passagers italiens et le pilote très impressionnés à l’arrivée de Nicolas

et qui ont été émerveillés de voir ses réactions et commentaires tout au long du vol,

et nous ont dit qu’ils verraient différemment les personnes handicapés.

Depuis Nicolas dit « à moi chaque fois qu’il voit un hélicoptère. »

(Odile – Maman de Nicolas)

 

François en fauteuil skiFC au ski

 

Skylas en bouée tractée                                                                               

 

Skyla

 

 

 

 

 

Pierre Yves : Escalade en Goélette

Pierre-Yves joêlette

 

 Braver les peurs

Les peurs sont différentes suivant les personnalités des Angelman, comme pour les gens non handicapés. Et elles évoluent au fil du temps. « Ce sont nous, les parents, qui fixons les limites et pas eux. Eux n’en  ont pas «  (Patrick Waldhart) Et nous les fixons en fonction de nos propres peurs ou nos propres audaces! Or les leurs ne sont pas forcément les nôtres. Evidemment, il y a celles qui se transmettent de père en fils, mais ça, c’est comme pour tout le monde ! Avant de se lancer dans une telle expérience, il convient de bien cerner les peurs individuelles de nos enfants. Tel enfant qui adore les sensations fortes dans les manèges a peur des animaux, tel autre qui adore les animaux hurle de terreur dans un manège ! L’approche est donc à faire tout doucement. Un Angelman n’aime pas, du reste, être mis sans préparation devant une situation exceptionnelle. Et en vieillissant, certains  deviennent moins actifs plus calmes, et souvent la peur, sentiment alors inconnu, fait son apparition.

 Apprendre à se surpasser peut commencer dès l’enfance avec accompagnement.

 

Petits exploits pour petits enfants

 

Moto avec papa dans le jardin                                                                                                 Célia à la mer

Max motoCélia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au ski :

 

 François ski19901990 001 (13)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Escalade (François)                                                                                                                   Rafting (Francois)

François escaladeFrançois Rafting

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

etc…

voir le Diaporama complet

 

 

 

Et la sécurité !!!

 

Il ne s’agit pas d’improviser, ni de prendre des risques. Avant tout, une préparation et une adaptation au handicap de l’enfant sont nécessaires. Adaptation aux capacités physiques, émotionnelles, à l’âge, à l’évolution psychologiques de l’enfant ou de l’adulte. Beaucoup de moniteurs sportifs spécialisés dans le handicap connaissent bien les règles de sécurité et ont le savoir-faire et on peut leur confier notre enfant en toute sérénité, ce qui n’empêche pas d’être présents et vigilants, sans toutefois communiquer nos propres peurs à notre enfant et entraver la réussite de l’expérience.

 

AC- OP - Oct 2013